Traitement des zoonoses

 

Les zoonoses Pigeon / Homme

La Chlamydiose (ornithose-psittacose)

Maladie infectieuse et contagieuse due à une bactérie (chlamydia psittacidé). Cette maladie touchait en 1990 environ 50 % des pigeons parisiens. A Toulouse, en 1982, une enquête révélait un taux d'infection de 45 % de la population colombine. Chez l'homme, l'ornithose est aujourd'hui rare et le plus souvent transmise par des oiseaux exotiques ou des oiseaux de basse-cour. Les sources de contagion sont les animaux malades, les guéris, les porteurs sains ainsi que les sécrétions et excrétions.

L'homme peut donc se contaminer par inhalation de squames alaires, par les déjections, les poussières ou le matériel souillé.

Symptômes cliniques chez le pigeon : conjonctivite, rhinite, troubles respiratoires, anorexie, retard de la ponte. Mortalité importante chez les jeunes.

Symptômes cliniques chez l'homme : syndrome pseudo-grippal. La forme aiguë peut provoquer une pneumonie atypique.

Traitement : tétracyclines, macrolides, antibiotiques. Il faut noter que le pigeon reste porteur chronique.

Prophylaxie : l'éradication ou même la prévention est difficile en raison de la très large extension de la maladie. La solution idéale serait l'élimination des malades, le traitement de la colonie, la désinfection des lieux de nidification, et des locaux et matériels (pour les élevages).

Le pigeonnier apportera une diminution du risque sanitaire car il permet de surveiller l'état général de la colonie.

La Salmonellose

Maladie provoquée par une bactérie et mondialement répandue. Elle touche de nombreuses espèces animales. Le risque de transmission de la salmonellose à l'homme par le pigeon urbain est réduit. Symptômes : chez le pigeon, mauvais état général, amaigrissement, arthrites de l'aile, diarrhées...

Chez l'homme, gastro-entérite. Le malade reste porteur plusieurs semaines.

Traitement : anti-infectieux, antibiotiques.

Prophylaxie : Offensive : élimination des animaux contaminés. Défensive : nettoyage régulier des lieux de nidification et du matériel (pigeonniers).

La Cryptococcose

Mycose opportuniste. Diverses études à différents endroits de la planète, ont révélé un risque élevé pour l'homme.

Symptômes : pas de pathologie chez le pigeon mais on a remarqué des atteintes pulmonaires graves chez des sujets humaines immunodéprimés. Cependant le risque de contamination des personnes en bonne santé générale est faible.

La Maladie de Newcastle

Causée par un virus (Peste ou grippe aviaire). La contamination entre oiseaux se fait par voie respiratoire, digestive.

Symptômes : chez le pigeon la maladie prend la forme de pathologies respiratoires et nerveuses. La mortalité est élevée. Chez l'homme, la maladie prend la forme d'un état pseudo-grippal.

 

Pigeons

Autres exemples de zoonoses

Deux infections sont considérées comme caractéristiques des morsures de rats :

Le sodoku

Le sodoku (du japonais so : rat ; doku : poison) est causé par le bacille Gram négatif Spirillum minus. Celui-ci est présent dans la salive des rats. L'infection ne se rencontre de façon significative qu'en Asie. La morsure est souvent petite et cicatrise vite ; mais 1 à 4 semaines plus tard apparaît à son niveau une inflammation, parfois importante, avec phlyctène, accompagnée de fièvre, et d'une adénopathie satellite. En l'absence de traitement, les symptômes disparaissent en 3 à 4 jours ; de nouveaux épisodes peuvent survenir 3 à 10 jours plus tard. La lésion initiale peut devenir nécrotique, s'escarrifier, s'accompagner d'une éruption maculeuse.

La streptobacillose

Elle est due, dans les mêmes conditions, à une autre bactérie aérobie Gram négatif : Streptobacillus monoliformis.

L'apparition de la fièvre est plus précoce et plus brutale (3 à 7 jours après la morsure). La plaie est peu inflammatoire, la fièvre atteint 40° C avec frissons, céphalées, puis un exanthème morbilliforme et des arthralgies. C'est un tableau septicémique, et le germe est retrouvé dans les hémocultures, ou dans les exsudats d'arthrite ou de peau. Des anticorps agglutinants apparaissent à partir du dixième jour. Une contamination orale est possible par des aliments contaminés par des déjections de rat : fièvre de Haverhill.

Certificat d'agrément du ministere de la peche et de l'agriculture
contactez-nous
01.41.78.91.57
devis gratuit
* Champs obligatoires